Guide de l’IAS sur l’interaction entre les administrateurs et les actionnaires

mars 07, 2016
 
En octobre 2015, l’IAS a convoqué un comité consultatif composé d’administrateurs de sociétés chevronnés, de cadres et d’investisseurs stratégiques et institutionnels comme Greg Boland, Ian Bourne, David Denison, Peter Dey, Eileen Mercier et Michael Wilson pour collaborer à la préparation d’un guide sur l’interaction avec les actionnaires pour les conseils canadiens.

Le mandat de ce comité était de se pencher sur la nécessité d’améliorer le dialogue entre le conseil et les actionnaires, un point soulevé par la communauté des administrateurs canadiens lors du Congrès national de l’IAS 2015 : La gouvernance à court terme : un problème ou non?

Les actionnaires souhaitent avoir une plus grande participation dans la gouvernance et dans certains choix décisifs des sociétés dans lesquelles ils investissent. Cela est vrai pour les investisseurs institutionnels de placements à long terme qui souhaitent partager leurs points de vue et leurs commentaires sur les affaires de la société et est particulièrement évident dans la montée de l’activisme actionnarial et de l’influence de tiers intermédiaires comme les sociétés de conseil en vote par procuration qui menacent les administrateurs de s’abstenir de voter à moins que certaines réformes en matière de gouvernance ne soient mises en place.

En plus des actionnaires, les législateurs, les autorités de réglementation, les médias et les autres parties intéressées veulent aussi avoir leur mot à dire sur ce que les conseils devraient faire de façon générale, mais aussi dans des situations particulières. Invariablement, ces commentateurs expriment des points de vue, souvent contradictoires, reflétant les intérêts des groupes qu’ils représentent. Cependant, le conseil d’administration est la seule constituante de ce groupe à avoir une obligation légale de tenir compte des intérêts de toutes les parties prenantes, incluant les actionnaires, et de réconcilier leurs intérêts comme il le juge approprié afin de servir les intérêts supérieurs à long terme des sociétés.

Cette dynamique a créé beaucoup de distractions et de tensions dans nos marchés financiers, parfois au détriment d’un débat ouvert et approfondi sur la façon dont les conseils peuvent mieux encadrer les entreprises solides, innovatrices et en expansion qui répartissent leurs capitaux judicieusement et qui créent de la valeur à long terme.

Les conseils ont la responsabilité d’être les leaders dans ce débat qui reconnaît le rôle vital qu’ils jouent comme intendants de leurs sociétés. L’IAS croit qu’il y a ici une occasion unique pour les administrateurs d’établir un dialogue constructif avec les actionnaires afin d’accroître leur compréhension mutuelle et obtenir des informations utiles sur la gouvernance des sociétés dans lesquelles ils ont investi.

Lisez le complet rapport.
Share